La difficile transparence des statistiques épidémiologiques de la COVID-19

Un consortium de chercheurs français et brésiliens issus de l’IRCAB viennent de publier, dans la revue Anthropologica, vol. 63, n. 2, un article produit dans le cadre de l’observatoire CoronAmazon.

Auteurs: Stoll, Emilie ; Alencar, Edna ; Benitz, Tabatha ; Cardoso Thiago ; Flores Luiza ; Capredon Elise ; Folhes Ricardo ; Cortes João Paulo ; Tupiassu Lise ; Fischer Luly ; Priam Jonathan

Titre : La difficile transparence des statistiques épidémiologiques de la COVID-19 ou comment les minorités peinent à exister dans la bataille des chiffres en Amazonie

> Lien vers l’article

Résumé : En Amazonie, l’une des régions du Brésil les plus touchées par l’épidémie de COVID-19, les statistiques épidémiologiques publiées par les autorités brossent un tableau de la crise sanitaire qui interroge, car il ne considère pas ou trop partiellement le sort des populations issues des minorités ethniques et culturelles qui habitent la région. Au cours de la première vague épidémique (de février à juillet 2020), une équipe de 11 chercheurs a recensé et analysé la mobilisation des populations autochtones et quilombolas, et leur appropriation de l’outil statistique, pour apparaître dans les chiffres officiels. En réaction à ces mobilisations, les bulletins épidémiologiques publiés par les États et les communes amazoniennes ont fortement évolué d’un mois sur l’autre, faisant apparaître différentes lectures de la crise sanitaire, ancrées dans les imaginaires et les enjeux de pouvoir des régions amazoniennes. L’analyse met en évidence ce combat, discret mais essentiel, des minorités ethniques du pays, pour que soient actées, par les chiffres et dans les discours, les conséquences de l’épidémie sur leurs populations.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.